PROFESSEURS DOCUMENTALISTES & CDI

Parcours d’autonomie au C.D.I.

Dans le cadre des travaux académiques mutualisés 2017-2018 sur la thématique Repenser l’espace existant du C.D.I pour répondre aux besoins des usagers, nous avons choisi de réfléchir à la façon dont nous pouvions utiliser l’espace physique et virtuel du C.D.I. afin de favoriser et de valoriser les apprentissages en autonomie chez nos élèves.

Contexte, contraintes et constats

Nos deux collèges sont en REP+ et comptent entre 900 et 1000 élèves, scolarisés dans des espaces conçus pour 600 élèves. Le C.D.I. joue un rôle privilégié d’accès à la culture institutionnelle au sein du quartier.
Avec un seul poste par établissement, le professeur documentaliste est très sollicité et peut difficilement répondre à toutes les demandes et besoins des élèves lorsqu’ils viennent au C.D.I.
Beaucoup d’élèves se rendent au C.D.I. pour y trouver une atmosphère sereine mais n’ont aucun projet d’activités précises parmi celles proposées (travail scolaire, lecture, recherches, dessin, activités manuelles, jeux pédagogiques). Nous pouvons également constater un manque de persévérance dans les différentes activités que le professeur documentaliste peut proposer en autonomie. Par contre, nos élèves s’entraident facilement lorsqu’on le leur demande.

Les besoins des élèves

Partant de ce premier constat, il semble évident que nos élèves ont besoin d’activités plus variées, plus ludiques et attrayantes que celles proposées habituellement, au C.D.I. ou plus largement dans le cadre scolaire. Compte tenu des difficultés que rencontrent la majorité de nos élèves et du manque d’autonomie dont ils font preuve, il semble tout aussi évident que les activités proposées doivent être abordables et bien encadrées.
Nous nous sommes donc intéressés au travail mené dans l’enseignement primaire autour des “activités de délestage”.

On peut en effet considérer le C.D.I. au sein de l’établissement scolaire comme un lieu de « délestage » lorsqu’il n’est pas utilisé pour des cours, du travail scolaire ou pour un travail en recherche documentaire. On entend ici « délestage » au sens où l’entendent les professeurs des écoles à savoir des activités n’entrant pas dans le cadre d’une progression scolaire identifiée par des programmes, et réalisées lorsque le travail scolaire demandé a été effectué.

"Activité de délestage : travail souvent individuel, choisi par l’élève. Attention, ce n’est pas de l’occupationnel ! Les ateliers proposés répondent à des besoins, à des compétences souvent transversales (mettre en œuvre des stratégies pour résoudre un casse-tête, réussir un jeu math, développer des habiletés motrices, sa patience, sa persévérance, sa concentration, sa capacité à raisonner, se faire confiance, se corriger…). Ces activités favorisent la manipulation, la répétition, les erreurs sont plus facilement surmontées grâce à la motivation intrinsèque à l’activité d’apparence ludique, la recherche, on apprend plus vite et mieux…"

Source : Activités de délestage ou d’autonomie (24/07/2017). Rayus à l’école.

Dans nos C.D.I., nous proposons des activités de délestage ou activités d’apprentissage informelles, mais elles ne sont pas forcément cohérentes entre elles, ni organisées. Or, ce manque de cohérence et d’organisation empêche les élèves de s’impliquer de façon durable autour d’une activité, tout comme il empêche le suivi de l’acquisition de compétences par les élèves pour le professeur documentaliste. Ce faisant, il nuit également à la valorisation des élèves lorsqu’ils sont en situation de réussite.
A ce stade, notre projet était de trouver le moyen de permettre aux élèves en quête d’une occupation de se mettre en activité de façon autonome sur une activité pédagogique tout en valorisant leur implication et en évaluant leurs compétences.

Après une période de recherche et de réflexion, nous sommes arrivés à la conclusion qu’une des façons de formaliser et de valoriser l’acquisition de compétences au C.D.I. tout en favorisant l’autonomie était de créer des parcours thématiques hybrides, à la fois ancrés physiquement dans l’espace du C.D.I. mais aussi en ligne.

Nous nous sommes donc fixés les objectifs suivants :

1 - Donner du sens et de la cohérence aux activités « de délestage » proposées au C.D.I.
2 – Evaluer les compétences transversales acquises par les élèves lors de ces activités.
3 – Fidéliser les élèves sur des activités autonomes pour leur donner le goût d’apprendre et celui de transmettre.
4 – (Ré)aménager l’espace numérique et physique afin de permettre des mises en activité autonomes des élèves.
5 - Créer ou identifier des espaces et des temps de transmission des savoirs entre élèves.

Mise en oeuvre

Les parcours thématiques, actuellement au nombre de deux, touchent à des connaissances et compétences diverses : éducation aux médias, lecture, activités artistiques, création numérique ...
Pour chaque parcours, il existe quatre niveaux d’acquisition de compétences pour les élèves ainsi qu’un système de badges qui récompensent chaque passage de niveau. Pour construire ce système, nous nous sommes inspirés de différentes expérimentations et pratiques pédagogiques : le système des ceintures de compétences, la progression personnelle dans la méthode scoute, la ludification.
Les élèves choisissent un parcours qui les intéresse, et peuvent suivre ses quatre étapes à leur rythme, tout au long de l’année ou même de leur scolarité au collège.
Les parcours sont accessibles à partir des ordinateurs du C.D.I., ou à la maison, mais certaines fiches d’activités, ainsi que du matériel, sont disponibles en libre accès dans un meuble identifié. Certains ouvrages du fonds documentaires sont également identifiés par un logo lorsqu’ils se rapportent à un parcours précis.

La validation des compétences et de la progression se fait de façon numérique, sur un espace dédié mais les élèves obtiennent également des badges qui matérialisent leur réussite. Une liste des élèves devenus experts sur l’une des thématiques proposées sera affichée au CDI. Ces élèves seront ainsi valorisés mais aussi identifiés par les autres élèves comme personnes ressources. Les compétences acquises pourront aussi être intégrées dans FOLIOS au sein des parcours, validées dans le LSU, voire être valorisées dans le bulletin scolaire.
Les parcours permettent aussi de valoriser des compétences informelles chez nos élèves, qui peuvent être par ailleurs en grande difficulté scolaire. Cela peut contribuer à favoriser leur estime d’eux-même et leur bien-être scolaire. Nous nous sommes également attachés à favoriser la transmission entre pairs, puisque le quatrième niveau est consacré à la transmission des compétences acquises sur les trois niveaux précédents.

Cette année a été consacrée à la réflexion autour du projet ainsi qu’à la mise en place des parcours, qui n’ont pas encore été testés par les élèves. Nous mettrons en oeuvre la phase d’expérimentation sur l’année 2018/2019. Nous espérons pouvoir inscrire notre démarche dans la continuité en participant aux TraAM 2018/2019, dont la thématique est en cohérence avec notre démarche : “Le professeur documentaliste créateur de ressources, de parcours et d’espaces d’apprentissage info-documentaire au sein du CDI virtuel”. Il est aussi prévu d’étoffer l’offre des parcours en créant un nouveau parcours par trimestre.

Si l’infographie ne s’affiche pas, cliquer ici
.

Repenser l’espace du C.D.I. et la forme scolaire grâce au modèle hybride

Concrètement, les parcours d’autonomie se basent sur un modèle hybride puisqu’ils alternent des temps d’apprentissages et des phases d’activité en ligne avec des temps d’apprentissage et des phases d’activité sur site, au C.D.I. ou dans d’autres espaces de l’établissement scolaire. Ce dispositif se base sur le principe de l’apprentissage dit mixte (“blended learning”). Que ce soit en ligne ou en présentiel, les élèves sont en autonomie mais certaines activités impliquent l’interaction de l’élève avec les ressources du C.D.I. Certaines activités en ligne permettent une correction/validation automatique au niveau de l’interface numérique, d’autres impliquent une validation/correction par le professeur documentaliste.

Les élèves peuvent travailler à leur rythme et répartir leur temps d’implication entre la maison et le centre de documentation.

Le modèle hybride présente plusieurs avantages :

  • met à profit le temps hors classe ;
  • permet le choix d’un parcours approprié à son besoin ;
  • permet l’apprentissage personnalisé et différencié ;
  • favorise l’autonomie ;
  • favorise la littératie numérique ;
  • facilite l’évaluation des élèves ;

Il implique plusieurs modalités :

  • la conception d’une progression intuitive ;
  • la médiatisation des contenus pédagogiques sur le web ;
  • l’introduction d’exerciseurs interactifs permettant l’autoévaluation ;
  • la fonction tutorale du professeur documentaliste qui accompagne les élèves dans leur progression et sanctionne leur réussite à certaines étapes.

Infographies à destination des élèves

Les élèves accèdent à l’ensemble des parcours thématiques par une entrée unique. Avant qu’ils aient la possibilité de choisir un parcours thématique à leur convenance, trois infographies leur permettent de comprendre ce que sont les parcours.



Accès aux parcours


Si le document ne s’affiche pas, cliquer ici.

Peut rencontrer des difficultés d’affichage sous Chrome

Voici les codes pour accéder aux 4 niveaux du parcours journalisme :
Niveau 1 = 2654
Niveau 2 = 8329
Niveau 3 = 7195
Niveau 4 = 1642

MOTS-CLES : autonomie ; coopération ; traAM ; parcours numérique ; compétences ; ludification ; activités de délestage ; blended learning

Guillaume Allemann, professeur documentaliste au collège Auxence Contout de Cayenne
Marine Lucas, professeur documentaliste au collège Justin Catayée de Cayenne

Mai 2018

Les évènements à venir

06 Novembre 2018 : J1 TraAM
15 & 16 Octobre 2018 : Mission SLM
08 Octobre 2018 : J1 Préparation CAPES
25 Septembre 2018 : Formation néocontractuels bassin de Cayenne

Flux RSS du SITE DOCS

EDITO

Dans la continuité de la mise en œuvre de la circulaire 2017-051 du 28-03-2017 relative aux missions des professeurs documentalistes, nous porterons notre attention sur le projet info-documentaire dans lequel l’éducation aux médias et à l’information, le développement des compétences de lecture sont particulièrement à privilégier. De même, au sein du TraAM, le professeur documentaliste reste créateur de ressources, de parcours et d’espaces d’apprentissages info-documentaires au sein du CDI virtuel.

L’édito complet ICI

Bien cordialement
Thierry VINCENT
IA-IPR EVS de l’académie de Guyane


©2018 Académie de la Guyane - Tous droits réservés | Mentions légales